Exposition Home Street Home : Le design intérieur à l’heure du street art

15 Avr 2017 | Exposition | 0 commentaires

Un week-end en goguette dans le Sud avec une pause Street Art ça vous dit ? Direction Valence pour l’exposition de groupe Home Street Home qui réunit les œuvres de quatre grands noms du Street Art : EZK, NASTY, KOUKA, PRO176 et joue les prolongations jusqu’au 30 avril 2017 ! Rendez-vous à l’Espace Contemporain de Valence pour une expérience originale et pertinente : quand le street art s’invite dans des intérieurs design, on assiste à un mariage réussi entre art urbain et mobilier contemporain.

De même que les œuvres street art animent notre paysage urbain, elles réchauffent les murs blancs des galeries, et l’on découvre qu’elles trouvent aussi parfaitement leur place, mises en scène dans des intérieurs design.

Prenez le temps d’évoluer dans ce magnifique espace à l’architecture de loft sur quatre niveaux, pour y découvrir les œuvres aussi différentes que complémentaires de quatre grands acteurs du street art qui nous permettent d’embrasser toute la richesse technique et la diversité thématique de l’art urbain contemporain.

A peine poussée la porte d’entrée, on fait face aux parpaings ironiques d’EZK qui nous interpellent : un petit garçon dans un sceau estampillé du logo monogrammé Louis Vuitton et un message, ou plutôt une question : Dans quel monde Vuitton ? Un visuel dérangeant, une phrase choc. Un décalage voulu pour susciter une émotion. Un questionnement. EZK, qui a placé au cœur de son projet, « Art against poverty », sa préoccupation au sujet de la répartition des richesses dans le monde, poche ce qu’il a à dire, exprime son engagement et nous invite à nous questionner sur le notre. Efficace. Enfin peut-être pas pour l’élégante dame au cabas Vuitton qui passe justement à côté de l’œuvre d’EZK sans la voir, à moins qu’elle vienne juste de baisser les yeux après avoir croisé ceux du petit garçon dans son sceau…

Au premier étage, on assiste à une rencontre peu banale, celle des toiles de KOUKA, expressionnistes, singulières et réalistes, faites de reliefs, de matière dynamique et d’aspérités, mettant volontairement en lumière les imperfections, et du mobilier étudié, épuré et lisse, aux teintes discrètes, encore vierge. Les coulures épaisses des toiles de KOUKA, dont le travail caractérisé par la spontanéité et l’expressivité du geste relève presque de l’Action painting, semblent s’être figées net par la projection d’un vernis pour ne pas venir goutter sur les tissus précieux des canapés. Ce mariage réussi des contraires illustre à quel point le street art a aussi bien sa place sur les murs gris des villes, que dans les intérieurs immaculés et design. Quel que soit le lieu, la peinture street art enchante l’espace en y insufflant la vie.   

Les noces sont aussi belles lorsque s’allient les douces teintes du mobilier à la palette multicolore, vive et éclatante des œuvres de PRO176. Son esthétique imprégnée de Marvels fusionne vaisseaux futuristes, lettre travaillée à l’extrême, et super-héros ou super-vilains dans un monde astralo-galactique ultra pigmenté. Résultat ? Happés par un tourbillon de couleurs et plongés dans un univers cosmique et comics, faites comme nous et profitez d’un canapé (design et confortable) pour mieux vous laisser hypnotiser par les toiles de PRO176. (Décidément bien faite cette expo !)

Mention spéciale pour la fresque que l’artiste a réalisé au rez-de-chaussée qui fait tant écho au titre de l’expo : Home Street Home où quand le graffiti quitte la rue pour s’inviter sur les murs de votre home sweet home pour un résultat stupéfiant.

La bombe aérosol lui coule dans les veines. Il a recouvert tous les supports possibles de la ville, des sous-sols du métro aux toits des immeubles. Nasty, un graffeur d’exception. Le plus urbain de tous. C’est avec lui que la ville s’invite véritablement dans nos maisons, à travers cette exposition. Celui qui a toujours voulu garder « un morceau de la ville » dans ses œuvres, s’est emparé des plaques émaillées du métro en les utilisant comme des toiles. Les plans de métro aussi. Nasty exploite même l’emblème ultime des graffeurs, la bombe aérosol, pour en faire non plus l’outil de création de l’œuvre, mais, une fois détournée et stylisée, l’œuvre elle-même. De hauts symboles du graffiti qui s’affichent sur des murs immaculés, côtoient des bahuts laqués aux allures scandinaves, des fauteuils en feutre anthracite, illuminés par des lampadaires chromés aux abat-jour surdimensionnés.

Vous avez jusqu’au 30 avril 2017, dépêchez-vous !

Exposition Home Street Home jusqu’au 30 avril 2017.

Espace contemporain de Valence, 8 rue Ferdinand Marie, 26000 Valence

Pauline

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post récents


De la rue à la Maison Tajan : vivez l’expérience d’une vente aux enchères Street-art

Le jeu, le suspense, l’expérience d’être là où les choses se jouent… Frissonnez le 7 novembre prochain en assistant à la vente aux enchères d’art urbain de la Maison Tajan. La petite bombe de peinture est en train de vivre une grande histoire. Son histoire. Celle d’un...

Quand le Sonart fait la part belle au Street-art

Le vendredi 15 septembre dernier, le Sonart célébrait son nouvel agencement lors d’une re-opening party. De nuit. De dingue. Et on y était. Le Sonart : un bartistic qui éveille les sens Piqûre de rappel ! Pigalle ne rime plus (seulement) avec touristes. Le très vivant...

Fluctuart : Quand l’art urbain s’empare de la Seine

Paris s’impose résolument comme la capitale mondiale du street art en proposant de faire découvrir l’art urbain par la réalisation d’un projet grandiose tant par son architecture que par son ambition culturelle. - Premier centre d’art urbain flottant au monde, 3...

Festiwall : Debrief d’un festival street art au fil de l’eau

Ce week-end se tenait la 2ème édition de Festiwall considéré comme le premier festival parisien dédié au street-art et aux cultures urbaines. Les berges du Canal de l’Ourq et du Canal Saint-Denis se sont animées au rythme du souffle des bombes aérosols et des beats...

Nous suivre


Ne rien manquer de GraffCo, c'est possible !
Inscrivez-vous à notre newsletter :

Ne rien manquer de GraffCo, c'est possible !

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Vous êtes abonnés !

Pin It on Pinterest