De la rue à la Maison Tajan : vivez l’expérience d’une vente aux enchères Street-art

24 Oct 2017 | Actualités | 0 commentaires

EspaceTajan

Le jeu, le suspense, l’expérience d’être là où les choses se jouent… Frissonnez le 7 novembre prochain en assistant à la vente aux enchères d’art urbain de la Maison Tajan.

La petite bombe de peinture est en train de vivre une grande histoire. Son histoire. Celle d’un art qui ne cesse de prendre de l’ampleur, de la rue aux Maisons de vente aux enchères, en passant par les cimaises des galeries d’art, par la création de musées dédiés telle l’Ecole 42 ou d’une foire internationale spécialisée, j’ai nommé la grande messe du Street-art, l’Urban Art Fair. N’en déplaise aux puristes pour lesquels le Street-art doit rester dans la rue.

Le débat fait rage et ce n’est pas la plus grande institutionnalisation du Street-art qui le fera taire. Chez Graffco on est mi-figue, mi-raisin sur le sujet (!). Nous pensons que quelles que soient les aspirations ou les motivations, les besoins ou les moteurs qui font courir les graffeurs ou les street-artistes de manière plus générale, la couleur qu’ils laissent sur les murs, cette « pas si vilaine trace », c’est l’essence même du Street-art. Parce que le Street-art, c’est un état d’esprit, une culture. Celle de la rue. Que les graffeurs par exemple, passent des murs aux toiles, partagent leur temps entre les deux, ou reviennent aux murs, qu’importe. Les street-artistes sont libres. C’est d’ailleurs souvent leur première revendication. Il s’agit de leur art. Pas d’histoire de vandales passés vendus. En revanche ce qui reste important, pour nous tout du moins, c’est que ces artistes peignant sur toiles ou sur d’autres supports aient connu leurs premiers émois dans la rue. Vouloir laisser sa marque. Avoir fait l’expérience de la culture graffiti. Ce qui est à regretter en revanche, c’est le fait que certains artistes puissent produire en série une œuvre qui a eu du succès et procéder ainsi eux-mêmes à l’industrialisation de leur propre art. 

Mais revenons à nos moutons, la vente aux enchères d’art urbain chez Tajan. Une des premières maisons de vente à avoir fait le pari d’organiser des ventes spécifiques dédiées à l’art urbain et à avoir œuvré pour sa notoriété, tout en mettant un point d’honneur à promouvoir la nouvelle génération d’artistes.
146 œuvres – plus de 80 artistes. De grands noms et des jeunes pousses. De l’Old school, du Graffuturism, et du Graffiti Contemporain. Du figuratif et de l’abstrait. Des estimations partant de 300 euros pour une lithographie à 35 000 euros pour un tableau de Jonone. Autant dire pour toutes les bourses !

Une vente d’art urbain…

Le bois brûlé et découpé de RERO, les panneaux de bois de Jef Aérosol ou de Gilbert1, les palissades d’EZK, la partition de musique de JANA & JS, la célèbre céramique d’INVADER, le métal pour une sérigraphie de SHEPARD FAIREY, un billet d’un dollar pour C215, un panneau de signalisation pour CLET ABRAHAM ou GREGOS, une affiche marouflée sur toile pour M. CHAT… C’est bien ça l’art urbain. Un art multi-supports. Mieux, un art protéiforme. Dans la rue comme dans les maisons de ventes aux enchères.

Dans un écrin Art déco.

L’espace Tajan se niche dans une ancienne banque des années 20, sous une immense et époustouflante verrière, dans un délicieux décor Art déco qui vaut le détour. Et les cinq jours d’exposition qui précède la vente sont un bon prétexte pour découvrir cet espace. C’est aussi le moment idéal pour admirer les 146 œuvres mises en vente dans un univers feutré, parmi quelques collectionneurs, amateurs avisés ou curieux, loin de la foule désormais habituelle des expositions ou foires consacrées.

Nos coups de cœur

JONONE et ses œuvres SWEET BLOOD et FLYING KITES, dans lesquelles on retrouve toute l’intensité et l’énergie de la peinture de l’artiste.

JONONE1

JONONE2

RERO, THE SYSTEM HAS FAILED, une œuvre forte sur bois brûlé et découpé.

RERO

INVADER, et des kits d’invasion prêts à l’emploi nous permettant de participer à son mouvement.

Invader

NOE TWO, WHAT’S UP BRO II, et son célèbre gorille coloré.

NOETWO

MIST, TRAIN TO ZION, et son style inimitable grâce à ses lettrages « wild style ».

MIST

Le ticket de métro d’1m20 de long de WEANE se faisant envahir de lettrages.

WEANE

Une mention spéciale pour SNIKTWO représentant notre duo (minute auto-promo) et sa multitude de tags so U.S avec son œuvre AMERICAN FLAG.

American-Flag-SnikTwo-Artiste-Street-Art-Graffiti-Contemporain

 

Découvrez le catalogue et tous les lots de la vente ici : http://auction.tajan.com/fr/auction-catalog/1735

5 jours d’exposition
Espace Tajan – 37 rue des Mathurins 75008 Paris

Jeudi 2 et vendredi 3 novembre de 10h à 18h
Samedi 4 de 11h à 18h
Lundi 6 novembre de 10h à 18h
Mardi 7 novembre de 10h à 12h

Jour de vente
Enchérissez le mardi 7 novembre 2017 à 19h sur place à l’espace Tajan ou en ligne sur Tajan Online

Pauline

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post récents


De la rue à la Maison Tajan : vivez l’expérience d’une vente aux enchères Street-art

Le jeu, le suspense, l’expérience d’être là où les choses se jouent… Frissonnez le 7 novembre prochain en assistant à la vente aux enchères d’art urbain de la Maison Tajan. La petite bombe de peinture est en train de vivre une grande histoire. Son histoire. Celle d’un...

Quand le Sonart fait la part belle au Street-art

Le vendredi 15 septembre dernier, le Sonart célébrait son nouvel agencement lors d’une re-opening party. De nuit. De dingue. Et on y était. Le Sonart : un bartistic qui éveille les sens Piqûre de rappel ! Pigalle ne rime plus (seulement) avec touristes. Le très vivant...

Fluctuart : Quand l’art urbain s’empare de la Seine

Paris s’impose résolument comme la capitale mondiale du street art en proposant de faire découvrir l’art urbain par la réalisation d’un projet grandiose tant par son architecture que par son ambition culturelle. - Premier centre d’art urbain flottant au monde, 3...

Festiwall : Debrief d’un festival street art au fil de l’eau

Ce week-end se tenait la 2ème édition de Festiwall considéré comme le premier festival parisien dédié au street-art et aux cultures urbaines. Les berges du Canal de l’Ourq et du Canal Saint-Denis se sont animées au rythme du souffle des bombes aérosols et des beats...

Nous suivre


Ne rien manquer de GraffCo, c'est possible !
Inscrivez-vous à notre newsletter :

Ne rien manquer de GraffCo, c'est possible !

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Vous êtes abonnés !

Pin It on Pinterest